10 phrases que vous devriez dire à la place de « arrête de pleurer »

arrête de pleurer 

Le 1 Juillet 2017 Image crédit : source

10 phrases que vous devriez dire à la place de « arrête de pleurer »

Lorsque l’on est parent, on doit gérer beaucoup de sentiments au quotidien, parfois même un peu trop. Quand on a l’impression que plusieurs personnes pleurent depuis des heures, on a très envie que cela s’arrête.

Nous l’avons tous dit, ou du moins pensé. « Arrête de pleurer! Arrête ! »

Ou peut-être avez-vous entendu cela lorsque vous étiez enfant ?

« Ne sois pas idiot »
« Chut, tout le monde te regarde »
« Arrête ce bruit, maintenant ! »
« Arrête de pleurer ou je vais te donner une bonne raison de le faire ! »

Et si je vous disais qu’à chaque fois que vous ignorez ou minimisez les sentiments de votre enfant, vous rendez votre travail plus difficile. Vous parvenez très rarement à les faire arrêter de toute façon, et il est plus probable qu’ils aient besoin de plus de soutien. Si vous n’entendez pas le message qu’ils essaient de vous envoyer, le message devient de plus en plus fort, jusqu’à ce vous l’entendiez. Les enfants recherchent l’empathie et la compréhension. S’ils ne l’obtiennent pas, ils continueront d’essayer.

Il est normal de pleurer. C’est une façon très saine et nécessaire pour les enfants d’exprimer leurs sentiments, et nous n’avons pas besoin de les faire arrêter. En leur disant « arrête de pleurer », nous envoyons le message que leurs sentiments ne sont pas importants, pas valides, stupides et ennuyeux. Si nous voulons que nos enfants apprennent à régler leurs émotions et à nous faire confiance dans leurs problèmes et leurs sentiments, nous ne pouvons pas les ignorer lorsqu’ils essaient de le faire!

Pleurer est toujours approprié. À chaque fois que votre enfant est contrarié, il y a une raison valide. Cela pourrait vous paraître trivial, mais un enfant n’a pas de perspective adulte sur le monde. Souvent, les gens ont du mal à laisser leurs enfants exprimer leurs sentiments en public, pensant que ce n’est pas un cadre approprié et ils s’inquiètent des réactions ou des jugements d’autrui. Mais il ne faut pas leur apprendre à calmer leurs sentiments pour les autres. Ils finiront par apprendre nos règles sociales non verbales. Un jour, ils sauront comment traiter leurs sentiments et les exprimer quand ils seront «appropriés», mais la façon dont nous soutenons le développement de la régulation émotionnelle est par l’empathie et la compréhension, et non le silence.

10 choses que vous devriez dire à la place de « arrête de pleurer »

Parfois, même si vous savez que vous ne devriez pas dire à votre enfant d’arrêter de pleurer, il est difficile de savoir quoi dire à la place! Vous avez peut-être l’impression d’avoir besoin de dire quelque chose, mais vous ne savez pas exactement quoi. Lorsque vous étiez enfant, si vous étiez souvent obligé de calmer vos sentiments pour les autres, ces situations peuvent être incroyablement inconfortables. Étant habitué à repousser vos propres sentiments, l’expérience d’un enfant qui exprime pleinement sa tristesse, sa colère, sa déception ou toute autre émotion négative peut être assez déclencheur. La bonne nouvelle est que la pratique est parfaite, et elle peut réellement guérir pour que vous puissiez soutenir votre enfant à traverser ses propres émotions.
Alors, que  pouvez- vous dire? Voici quelques suggestions!

C’est normal d’être triste.
C’est vraiment dur pour toi.
Je suis là avec toi.
Raconte-moi ce qu’il y a.
Je t’entends.
C’était vraiment effrayant, décevant, énervant, triste, etc.
Je t’aiderai à arranger les choses.
Je t’écoute.
J’entends que tu as besoin d’espace. Je veux être là pour toi. Je resterai près de toi pour que tu puisses me trouver quand tu seras prêt.
Ça ne semble pas juste.

Vous pouvez même ne rien dire ! Parfois une simple présence est suffisante pour apaiser l’enfant.

Ce que vous ne devriez pas faire quand votre enfant pleure :

Ne le distrayez pas. Lorsque vous faites cela, vous ne lui permettez pas d’apprendre les compétences de régulation émotionnelle dont il aura besoin à l’avenir. Les enfants doivent savoir que vous êtes capable de faire face à leurs émotions afin qu’ils se sentent en sécurité et également capables d’y faire face. C’est aussi un moyen assez irrespectueux de répondre.

Ne le punissez pas. Les punitions ne sont pas dignes d’un parent respectueux. Il ne faut jamais punir, menacer, faire honte, culpabiliser ou juger un enfant pour ses sentiments !

Pas de mais. Lorsque vous êtes en empathie avec les sentiments de votre enfant, n’ajoutez pas de « mais ». Par exemple, «  Tu es triste parce que tu voulais vraiment un autre morceau de gâteau, mais tu ne peux pas en avoir ». «Mais» invalide tout ce qui vient avant. Il n’est pas nécessaire de le faire. L’empathie suffit.

Ne posez pas trop de questions. Lorsque l’enfant est submergé par des sentiments écrasants, ils ne sont pas capables de fournir des réponses à de nombreuses questions.

Ne dites pas « c’est bon ». Ils ne se sentent pas bien, alors même si vous essayez d’être rassurant, cela minimise leurs sentiments. Un simple «c’est normal de pleurer» est une meilleure option.

N’ayez pas de limite de temps. N’utilisez pas l’empathie comme une technique pour arrêter les pleurs. Ce n’est pas le but! L’objectif est d’aider votre enfant à se sentir entendu, compris, validé et soutenu.

La prochaine fois que votre enfant sera aux prises avec un sentiment accablant, utilisez certaines des phrases ci-dessus et servez-vous en avec empathie et compréhension. Parce qu’ils le méritent. Les sentiments ne doivent pas être évités, ils doivent servir d’opportunités pour se connecter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*