Deux études affirment que boire plus de café prolonge la vie

boire plus de café
Deux études affirment que boire plus de café prolonge la vie
Le 13 Juillet 2017 Image crédit : source

Deux études affirment que boire plus de café prolonge la vie

Une étude a interrogé plus de 520 000 personnes dans 10 pays européens, ce qui en fait l’étude la plus importante à ce jour sur le café et la mortalité, et a constaté que boire plus de café réduit considérablement le risque de mortalité d’une personne.

La deuxième étude était plus récente, car elle portait sur des populations non blanches. Après avoir recensé plus de 185 000 afro-américains, hawaïens, japonais-américains, amérindiens, latinos et blancs, les chercheurs ont constaté que le café prolonge la vie chez diverses populations.

Les personnes qui buvaient de deux à quatre tasses par jour avaient un risque de mortalité 18% moins élevé par rapport aux personnes qui ne buvaient pas de café, selon l’étude. Ces résultats sont cohérents avec des études antérieures qui ont étudié une majorité de populations blanches, a déclaré Veronica Wendy Setiawan, professeure agrégée de médecine préventive à la Keck School of Medicine de l’USC, qui a dirigé l’étude sur les populations non blanches.

« Compte tenu de ces populations très diverses, toutes ces personnes ont des modes de vie différents. Ils ont des habitudes alimentaires très différentes et des risques différents, et nous trouvons toujours des modèles similaires », a déclaré Setiawan.
La nouvelle étude montre qu’il existe une possibilité biologique plus forte pour la relation entre le café et la longévité et a constaté que la mortalité était inversement liée à la consommation de café pour les maladies cardiaques, le cancer, les maladies respiratoires, les accidents vasculaires cérébraux, le diabète et les maladies rénales.

L’étude sur les pays européens a révélé une association inverse entre le café et les maladies du foie, le suicide chez les hommes, le cancer chez les femmes, les maladies digestives et les maladies circulatoires. Ceux qui ont bu au moins trois tasses par jour avaient un risque de mort moins élevé que les personnes qui ne buvaient pas de café.

Les deux études ont été publiées dans Annals of Internal Medicine.

« Nous avons étudié plusieurs pays à travers l’Europe, où la façon dont la population prend son café et prépare son café est tout à fait différente », a déclaré Marc Gunter, lecteur en épidémiologie et en prévention du cancer à l’École de santé publique de l’Imperial College School au Royaume-Uni, co-auteur de l’étude européenne.

« Le fait que nous ayons vu les mêmes relations dans différents pays indique qu’il y a quelque chose dans le café plutôt que la façon dont le café est préparé ou la façon dont on le boit », a-t-il déclaré.

Les avantages biologiques et les mises en garde

Le café est un mélange complexe de composés, dont certains ont été révélés pour avoir des effets biologiques dans les laboratoires, a déclaré M. Gunter.

Des études ont montré que certains composés ont des propriétés neuroprotectrices et anti-inflammatoires qui peuvent aider à réduire le risque de maladies comme la maladie de Parkinson.

Dans l’étude européenne, les personnes qui buvaient du café avaient tendance à avoir des niveaux inférieurs d’inflammation, des bilans lipidiques plus sains et un meilleur contrôle du glucose par rapport à ceux qui n’en buvaient pas. On ne sait toujours pas vraiment quels composés particuliers offrent des avantages pour la santé, mais Gunter a déclaré qu’il aimerait étudier cela plus en profondeur.
Les deux études ont séparé les fumeurs des non-fumeurs, car on sait que le tabagisme diminue la durée de vie et est lié à divers décès. Cependant, ils ont constaté que le café avait également des effets inverses sur la mortalité pour les fumeurs.

« Fumer ne semble pas annuler les effets du café », a déclaré Gunter. « Peu importe si vous fumiez ou non. Le café avait toujours un effet bénéfique potentiel sur la mortalité ».

Cependant, le Dr Alberto Ascherio, professeur d’épidémiologie et de nutrition à l’École de santé publique de Harvard TH Chan, a déclaré que les gens devraient se méfier de cette découverte.

« Même si c’était vrai d’une certaine manière, cela n’a pas de sens pour moi, parce que, en fumant, vous augmentez considérablement votre taux de mortalité. Ensuite, si vous le réduisez de 10% en buvant du café, permettez-moi d’en douter », a déclaré Ascherio, qui ne faisait pas partie de l’étude.

« Je pense que c’est une affirmation dangereuse, car cela indique qu’un fumeur peut contrer les effets du tabac en buvant du café, ce qui est assez insensé ».

Les études complémentaires ont été menées sur le café et la mortalité, dit-il, et il a été raisonnablement documenté que les buveurs de café ont un risque de mort moins élevé.

Cependant, avec toutes les observations des études antérieures, il est difficile d’exclure la possibilité que les buveurs de café soient simplement en meilleure santé à la base, a déclaré Gunter.

Les gens qui évitent le café, en particulier dans des endroits comme les États-Unis et l’Europe, où boire cette boisson est très fréquent, peuvent le faire parce qu’ils ont des problèmes de santé. Leur taux de mortalité plus élevé pourrait résulter du fait qu’ils soient en moins bonne santé au départ.

« Pour conclure, si vous êtes un buveur de café, continuez à boire votre café et soyez heureux », a déclaré Ascherio. Et si vous n’en buvez pas? « Je pense que vous pouvez continuer à boire votre thé ou votre eau sans problème ».

«La consommation modérée de café peut être intégrée dans une alimentation saine et un mode de vie sain», a déclaré Setiawan. « Cette étude et les études précédentes indiquent que, pour une majorité de personnes, il n’y a aucun mal à boire du café sur le long terme ».

Mise en garde : 

La caféine joue l’effet d’un stimulant sur le corps, augmentant le rythme cardiaque. Cela étant dit, depuis de nombreuses années, les études se sont succédées afin de démontrer tant les effets positifs de la caféine sur le cœur, que les effets négatifs. Aujourd’hui, il apparaît que les effets positifs ou néfastes du café varient selon les individus.

En premier lieu, tout dépend de la consommation. Le café étant un stimulant, il ne faut pas en abuser. Par ailleurs l’état de santé des individus buveurs de café doit être pris en compte pour en déterminer l’effet : le café peut augmenter les risques d’accidents cardiovasculaires s’il est surconsommé, mais surtout si la personne qui consomme du café est fumeuse, en surpoids, souffre de cholestérol ou d’hypertension, autant de facteurs de risque.

Le café, en augmentant le rythme cardiaque, peut être un problème si vous souffrez d’arythmie ou d’autres problèmes cardiaques. Nous ne sommes donc pas égaux face au café, tout dépend de notre ADN et de notre état de santé.

« Les conseils nutritionnels sont délicats à donner, parce que beaucoup de choses – comme le café – peuvent être mauvaises pour certains états de santé et certains individus, mais bonnes pour d’autres consommées avec modération », explique le Pr. El-Sohemy. Toutefois, il met particulièrement en garde contre les boissons énergisantes : « Les concentrations élevées en caféine dans ces produits, qui ont aussi tendance à être très riches en sucre, ne présentent aucun bénéfice pour la santé ».

Selon Ahmed El-Sohemy, “les fabricants de ces boissons énergisantes poussent de plus en plus les limites en termes de concentration en caféine. Certaines ont jusqu’à 500 milligrammes par cannette. En comparaison, une canette type cola en contient 34 mg et une grande tasse de café 80 à 100 mg ». ( source )

Pour les femmes qui veulent tomber enceinte : Certaines études ont démontré que la caféine pouvait avoir une influence négative sur l’ovulation de la femme. Même si les scientifiques ont encore du mal à le comprendre. Pour être prudente, évitez de boire plus d’une tasse de café ou plus d’un verre de coca par jour.

Le café est à éviter pendant la grossesse mais vous pouvez en boire avec modération ( une petite tasse par jour)… car une consommation excessive de caféine peut avoir des effets néfastes sur le fœtus.

Les études boire plus de café : /annals.org/aim/article/2643435/coffee-drinking-mortality-et http://annals.org/aim/article/2643433/association-coffee-consumption et https://www.ncbi.nlm.nih.gov

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*