10 choses qui rendent les enfants plus heureux selon les scientifiques

enfants plus heureux
10 choses qui rendent les enfants plus heureux selon les scientifiques

Image crédit : source

10 choses qui rendent les enfants plus heureux selon les scientifiques

L’enfance débute dès les premiers jours de vie d’une personne et se termine à la puberté, qui marque le début de l’adolescence. D’un point de vue médical, l’enfance est composée de trois grandes périodes : la période néonatale qui couvre le premier mois de vie d’un enfant, la première enfance qui commence avec le deuxième mois de vie et qui se termine aux 2 ans de l’enfant et la deuxième enfance qui débute à 2 ans et qui se termine vers 12 ans à l’adolescence.

« L’un des plus grands bonheurs qui puissent nous arriver dans la vie est d’avoir une enfance heureuse. » – Agatha Christie

L’enfance est une période très spéciale dans la vie d’une personne. C’est une période de découverte, de jeu, d’émerveillement, et d’amusement qui permet de découvrir le monde qui nous entoure. Mais également une période qui définit le reste de notre vie. Pour les parents, cette période peut provoquer un profond sentiment d’inquiétude, car ils cherchent à veiller à la bonne santé et au bonheur de leur enfant.

Dans cet article, nous regroupons les recherches scientifiques et le bonheur de l’enfant. Plus précisément, nous allons étudier 10 conseils scientifiquement prouvés pour aider à assurer une enfance heureuse et en bonne santé.

Que vous soyez parent, que vous vouliez le devenir ou que vous aimiez simplement les enfants, nous espérons que ces conseils vous offriront un bon aperçu pour rendre un enfant plus heureux et en bonne santé.

Voici 10 conseils scientifiquement prouvés pour rendre votre enfant plus heureux :

1. Reconnaissez ses efforts

L’enfant va atteindre un âge où il va savoir que le travail acharné est nécessaire pour avancer. Il est donc important de reconnaître quand l’enfant fait des efforts pour accomplir quelque chose.

En parlant des tâches cognitives au cours de l’ enfance, le Dr Carol S. Dweck à Stanford dit: «Notre message aux parents est de se concentrer sur le processus auquel l’enfant se livre, comme se donner les moyens ou se concentrer sur la tâche – quelles choses spécifiques ils font plutôt que «tu es si intelligent, tu es si bon à cela … ce que (l’adulte) fait a beaucoup d’importance ».

2. Valorisez les traditions familiales

Une famille qui fait de nombreuses choses ensemble est un bon signe d’un ménage stable; la stabilité étant un aspect important du développement de la petite enfance.

Selon l’Institut de développement des enfants, passer régulièrement du temps en famille a cinq principaux avantages: l’enfant se sent important et aimé; l’enfant observe des traits adultes positifs; les adultes peuvent observer et apprendre davantage sur les faiblesses de leur enfant afin de mieux le guider; l’enfant peut exprimer ses pensées et ses sentiments, et le parent et l’enfant développent un lien plus fort.

3. Accordez-lui beaucoup de temps de jeu

La principale responsabilité d’un enfant est, ou du moins, devrait être de jouer. Oui, l’enfant finira par avoir des devoirs, des activités parascolaires, et ainsi de suite ; mais jusqu’à son adolescence, il devrait avoir la liberté de profiter de la vie.

Peter Gray, psychologue pour enfants et professeur au Boston College, déclare «Les enfants apprennent les leçons les plus importantes dans la vie des autres enfants, pas des adultes … ils ne peuvent pas apprendre, ou sont beaucoup moins susceptibles d’apprendre, dans les interactions avec les adultes. »

Alors, dites-lui «va jouer dehors! »

enfants plus heureux
10 choses qui rendent les enfants plus heureux selon les scientifiques

Image crédit : source

4. Disputez-vous et parlez de vos problèmes ailleurs

Le cerveau des enfants se développe à un rythme extraordinaire au cours de la petite enfance. Quand ils voient et entendent parler des problèmes d’adultes, et des incertitudes, l’état psychologique fragile de l’enfant peut être affecté négativement; cela peut le rendre inquiet et incertain.
Les enfants ne devraient pas entendre les conversations stressantes des adultes, ce n’est pas du tout le moment.

5. Apprenez-lui les avantages des émotions négatives

Rappelons cette évidence, un enfant n’est pas très mature. Presque tous les enfants ont des explosions spontanées de colère, d’envie, de tristesse, etc. Ce comportement présente une bonne source d’apprentissage pour les adultes.

Le Dr John Gottman à l’Université de Washington cite la tendance populaire des adultes à faire face à une « mauvaise conduite » d’un enfant – ses émotions négatives – en donnant une punition. Le mieux est de reconnaître le comportement en enseignant à l’enfant que tout le monde éprouve des émotions négatives, et en apprenant à l’enfant à faire face à ses émotions de manière constructive.

6. Donnez-lui le sens des responsabilités

Il est important de laisser les enfants avoir des responsabilités (par exemple, les tâches, les devoirs) sans les gérer.
Pourquoi? Selon les psychologues de l’ enfant, une quantité excessive de contrôle peut se manifester dans le développement de l’ enfant par une attitude de «je ne peux pas le faire seul ».

7. Créez des souvenirs heureux

Dans une étude multi-expérience menée par deux professeurs de Harvard, les adultes qui se souvenaient des bons souvenirs de l’enfance « (semblaient) avoir un plus grand sentiment de pureté morale. »

Les chercheurs notent que les participants « étaient plus susceptibles d’aider les expérimentateurs à une tâche supplémentaire, de juger un comportement contraire à l’éthique et de donner de l’argent à une œuvre de charité quand ils se souvenaient activement de leur enfance. »
Ainsi, en créant des souvenirs heureux, vous pouvez les préparer à être des adultes heureux et bienveillants.

8. Soyez heureux

Les enfants apprennent de ce qu’ils voient et entendent, pour le meilleur ou pour le pire. Si un adulte présente un comportement positif, l’enfant est plus susceptible de rendre la pareille. Selon Carolyn Cowan, psychologue à l’Université de Californie:  » les enfants ne se portent pas aussi bien si les adultes ne prennent pas soin d’eux et de leurs relations. »

9. Laissez-le prendre des risques

Les enfants ont besoin d’un peu de supervision, pourtant, les adultes peuvent exagérer en surveillant tous leurs moindres faits et gestes. Mais il se trouve que c’est contre-productif pour le développement.

Dans un article publié dans le Journal des psychologues et des conseillers dans les écoles , les chercheurs disent qu’une attention extrême envers un enfant et ses besoins et ses problèmes imaginaires, encourage les parents à réduire leurs exigences envers leur enfant. L’enfant se retrouve rarement confronté à des situations défavorables, n’apprend pas à faire face, n’acquiert pas de résilience, de maturité, et d’ autres compétences indispensables dans la vie.

10. Ne comparez pas votre enfant aux autres

La pression pour réussir dans la société d’aujourd’hui, peut instaurer un sens précoce de la compétitivité – et certains adultes le font en comparant leur enfant à quelqu’un d’autre. Parfois, les adultes souligneront également les traits de personnalité souhaitables chez un autre enfant, en espérant les reproduire chez l’autre.
Les chercheurs disent que ces tendances comparatives peuvent nuire à la confiance et à l’estime de soi d’un enfant.

Sources 10 choses qui rendent les enfants plus heureux selon les scientifiques : les droits de l’enfance en France
DISCOVERY HEALTH. (2004, OCTOBER 21). RETRIEVED FEBRUARY 27, 2017, DE HEALTH.HOWSTUFFWORKS.COM
DONALD, B. (2013, FEBRUARY 12). BABIES WHOSE EFFORTS ARE PRAISED BECOME MORE MOTIVATED KIDS, SAY STANFORD RESEARCHERS. RETRIEVED FEBRUARY 27, 2017, DE NEWS.STANFORD.EDU
FERNANDEZ, G., M.D. (2012, JANUARY 4). IMPORTANCE OF FAMILY TIME ON KIDS MENTAL HEALTH AND ADJUSTMENT TO LIFE -. RETRIEVED FEBRUARY 27, 2017, DE CHILDDEVELOPMENTINFO.COM
GRAY, P., PH.D. (2016, OCTOBER 31). THE CULTURE OF CHILDHOOD: WE’VE ALMOST DESTROYED IT. RETRIEVED DE WWW.PSYCHOLOGYTODAY.COM
GROSS, J. (2012, JULY 18). CHILDHOOD MEMORIES SERVE AS A MORAL COMPASS. RETRIEVED FEBRUARY 27, 2017, DE WWW.SCIENTIFICAMERICAN.COM
LOCKE, J. Y., CAMPBELL, M. A., & KAVANAGH, D. (2012). CAN A PARENT DO TOO MUCH FOR THEIR CHILD? AN EXAMINATION BY PARENTING PROFESSIONALS OF THE CONCEPT OF OVERPARENTING. AUSTRALIAN JOURNAL OF GUIDANCE AND COUNSELLING, 22(02), 249-265. DOI:10.1017/JGC.2012.29
THE GOTTMAN INSTITUTE. (2017). PARENTING. (2017). RETRIEVED FEBRUARY 27, 2017, DE WWW.GOTTMAN.COM

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*