Suivez ces conseils pour entraîner votre cerveau à arrêter de trop réfléchir

trop réfléchir

Suivez ces conseils pour entraîner votre cerveau à arrêter de trop réfléchir

Vous pouvez réellement entraîner votre cerveau à arrêter de trop réfléchir, surtout si cela entraîne des problèmes. Par exemple, est -ce que réfléchir trop vous met de mauvaise humeur ou augmente votre niveau d’anxiété? Est – ce que cela vous empêche de faire des choses que vous avez besoin de faire? Est -ce que vous mettez du temps à prendre une décision parce que vous voulez peser tous les pour les contre possibles?

Trop réfléchir peut avoir des conséquences négatives pour ceux qui s’inquiètent de façon chronique. Se concentrer sur les futures incertitudes rend anxieux quand nous ressentons un manque de contrôle.  Cela peut aussi nous empêcher de profiter de l’instant présent.

Des chercheurs de l’Université de Californie à Santa Barbara ont montré des images d’un kaléidoscope de couleurs des participants à l’étude, puis ont testé leur capacité à se souvenir s’ils avaient vu une image avant. Les participants ont eu de meilleurs résultats au test de mémoire que ceux qui ont passé du temps à essayer de se souvenir des couleurs et des motifs.

Les chercheurs disent que cette étude montre «pourquoi accorder de l’attention peut être une distraction et influer sur les résultats de la performance.» La zone du cerveau dans notre cortex préfrontal qui est active lorsque nous portons notre attention sur quelque chose est la zone dorsolatérale. Les participants avec moins de stimulation du cortex préfrontal pendant le test se souvenaient mieux des images. En d’autres termes, accorder plus d’ attention aux détails nuit effectivement à leur capacité à se souvenir de ce qu’ils avaient vu.

CHERCHEZ UNE CHOSE QUE VOUS POUVEZ CONTRÔLER

Si vous réfléchissez trop parce que vous avez besoin de prendre le contrôle sur une situation, alors cherchez une action concrète à faire pour avoir de nouveau le sentiment de contrôler. Par exemple, écrire le problème est simple et permet à votre cerveau de cesser d’essayer de se souvenir du problème. Ensuite, identifiez une chose que vous pouvez faire, ce sera un pas dans la bonne direction, par exemple, appelez pour obtenir plus d’informations.

ENTRAÎNEZ VOTRE CERVEAU À ACCEPTER LES INCERTITUDES

Il y a des choses que vous pouvez savoir, et des choses que vous pouvez ne jamais savoir. Ceux qui réfléchissent trop ont entraîné leur cerveau à se concentrer sur les incertitudes parce qu’ils essaient de les résoudre. Pour ce genre de personne, le cerveau est comme celui d’un enfant de deux ans qui cherche constamment des réponses. Bien que certaines questions puissent être résolues, ceux qui réfléchissent trop peuvent avoir tendance à insister sur celles qui ne peuvent pas l’être.

Ou du moins ils pensent qu’on ne peut pas y répondre, par exemple «Qu’auraient-ils pu dire quand ils ont dit que« on aurait pu facilement répondre en demandant à la personne d’expliquer ce qu’elle voulait dire . «Je me demande ce qu’ils pensent de moi» pourrait être la réponse en réfléchissant trop à ce que peut penser la personne. Cherchez la réponse à la question à laquelle vous réfléchissez trop, ou dites à votre cerveau que vous serez d’accord de ne pas connaître la réponse.

ENTRAÎNEZ VOTRE CERVEAU À OBSERVER VOS PENSÉES NÉGATIVES SUR VOUS-MÊME

Si vous lisez cet article et que vous vous inquiétez de trop réfléchir, vous êtes déjà au courant de vos propres schémas de pensée improductis. Les gens qui éprouvent une détresse parce qu’ils réfléchissent trop, ont généralement des pensées négatives sur eux – mêmes à cause de leurs pensées.

Laisser les pensées négatives exister tout en les rejetant comme faisant partie de ce que nous identifions en tant que «soi» fait partie d’une technique qui peut aider ceux qui réfléchissent trop. Les chercheurs dans la revue Behavior Therapy ont constaté que la thérapie cognitive basée sur la conscience (TCPC) aidait les gens à ressentir plus d’auto-compassion au lieu des émotions négatives. Les gens qui sont passés par cette thérapie ont éprouvé moins de stress associé à leurs pensées.

ENTRAÎNEZ VOTRE CERVEAU À ARRÊTER DE TROP RÉFLÉCHIR ET EXAMINEZ LA SITUATION DANS SON ENSEMBLE

La recherche montre qu’examiner la situation dans son ensemble peut-être mieux pour se souvenir des images complexes. Pour entraîner votre cerveau à traiter l’information de cette façon, essayez d’imaginer que vous preniez tous les détails à la fois, comme si votre cerveau prenait une photo et qu’il voyait toutes les informations à la fois.

Vous pouvez faire cela en trouvant un livre d’images, ouvrez une page au hasard et regardez une image pendant 5 secondes. Fermez le livre et essayez de vous rappeler tout ce que vous avez vu. Ce court laps de temps empêche votre cerveau de trop réfléchir, mais vous serez surpris de voir tout ce dont vous pouvez vous souvenir. Essayez ceci plusieurs fois jusqu’à ce que vous ayez plus confiance en la capacité de votre cerveau à traiter l’information rapidement.

Sources: espritsciencemetaphysiques.comthemindunleashed.com / www.news.ucsb.eduwww.infona.pl

4 commentaires à propos de “Suivez ces conseils pour entraîner votre cerveau à arrêter de trop réfléchir

  1. Les pistes proposées ici peuvent sans doute constituer un soulagement passager mais certainement pas résoudre la rumination mentale car elles ne prennent pas en compte sa cause profonde qui est le « refus d’agir ». La rumination mentale, me semble-t-il, a pour fonction d’empêcher l’action. Ce n’est donc pas en disant « agissez » (faites- ceci, faites cela) que les choses vont s’améliorer mais plutôt en travaillant en profondeur sur ce refus d’agir qui constitue un déni des angoisses existentielles (la mort, la solitude, etc.). Par ailleurs, il y a un écueil : la « pensée ruminatoire » est une pensée à l’envers du point de vue cognitif : au lieu de se confronter à un problème et de chercher une solution, la personne qui rumine se confronte aux solutions qu’on lui propose et cherche des problèmes… Résultat : elle tourne en rond. C’est pourquoi il est si difficile de l’amener à sortir de sa rumination si l’on ne travaille pas d’abord sur un changement de ses défenses psychiques.

    • Bonsoir, votre commentaire est très interessant et tombe à pic dans la situation qu’est la mienne.
      Quelle méthode préconisez vous pour sortir de cet enfermement mental ?
      Psychiatre ? Hypnose ? Autre alternative ?
      La prise de conscience relative à ce mode de fonctionnement déjà est importante et douloureuse ….
      Je cherche à m’en sortir, c’est très dur.
      Merci pour votre retour si toutefois vous pouvez m’apporter une réponse.
      Bonne soirée

  2. GRAND N IMPORTE QUOI
    aucune pensée n ‘est « auto employee », ni autonome SANS NOTRE attention… ce nest pas une activité qui peut se derouler en dehors de capter notre attention…. le mental nous seduit, nous fait signe, nous invite, nous tente, mais RIEN ne peut se passer sans l attention ou linteret qu on lui porte… la preuve en est que les choses qui ne nous interessent pas retombent exactement comme elles sont apparues….
    RIEN ne se joue en dehors de soi, c nous qui l acceptons, l accueillons et l embrassons…
    l activité du mental n est absolument pas autonome : elle a besoin du pouvoir fantôme qu est notre attention & interet… sans elle elle n est rien…

  3. Il y a beaucoup d’articles où pour ne pas réfléchir nous devons en réalité réfléchir beaucoup plus qu’avant pour y arriver. Que quelqu’un nous trouve quelque chose de simple pour résoudre le problème et on pourra peut-être en tenir compte. Merci quand-même.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*