La nature déteste la navigation de plaisance, et vous le devriez aussi

navigation de plaisance

Image crédit :  source

La nature déteste la navigation de plaisance, et vous le devriez aussi

Aux États-Unis seulement, on compte plus de 12,5 millions de bateaux et en Europe plus de 6 millions de bateaux. Des petits bateaux de pêche sur les lacs et les rivières aux bateaux de croisière géants et les yachts naviguant en haute mer, les Européens et les Américains aiment leurs bateaux. Après tout, un jour sur l’eau, avec le vent dans vos cheveux et le soleil sur votre visage est un passe-temps agréable.

Malheureusement, ce n’est pas génial pour l’environnement. Chaque fois que nous faisons du bateau, cela contribue aux dommages environnementaux.

On ne le dirait pas sur le moment, mais mettre les bateaux modernes à l’eau a un effet supplémentaire sur l’environnement – et au fil du temps, ces petits impacts peuvent engendrer de gros dégâts. En fait, une fois que vous réaliserez les dommages que fait votre bateau, il y a de bonnes chances que vous fassiez don de votre bateau à un organisme de bienfaisance et que vous choisissiez un passe-temps moins dommageable.

Érosion côtière et autres dommages

Chaque fois que vous utilisez votre bateau, vous créez un sillage, et dans de nombreux environnements côtiers, rivières et estuaires, les sillages contribuent de manière importante à l’érosion du littoral . C’est plus fréquent dans les zones où les eaux n’ont pas beaucoup de vagues et qui ont tendance à être plus calmes et plus tranquilles, comme les rivières et les lacs .

Les sillages ne contribuent pas autant à l’érosion dans de nombreuses zones côtières où il existe une activité importante de vagues ou d’inondations régulières, mais si vous naviguez dans des eaux calmes, au fil du temps, les sillons créées par votre navire peuvent causer beaucoup de dégâts à la rive.

En plus de l’érosion côtière, les bateaux peuvent perturber et endommager d’autres écosystèmes fragiles dans l’eau. Les ancres de bateaux, par exemple, constituent l’une des principales causes de dommages aux récifs coralliens. Vous pourriez penser que ce ne sont que les bateaux de croisière et les cargos qui causent des dommages, mais les embarcations plus petites sont également un problème. Non seulement ils endommagent les récifs, mais dans d’autres zones peu profondes cela peut nuire à l’équilibre des prairies marines et autres habitats pour les espèces aquatiques.

La pollution

La pollution est une autre préoccupation environnementale importante en ce qui concerne la navigation de plaisance. Non seulement les préoccupations évidentes concernant les produits chimiques nocifs, dont le gaz et le pétrole, entrent dans les cours d’eau, mais de nombreux bateaux laissent échapper de petites quantités d’autres produits chimiques toxiques dans l’eau, comme le zinc et le mercure, ce qui peuvent avoir un effet néfaste sur la qualité de l’eau.

Par exemple, de nombreux propriétaires de bateaux traitent leurs navires avec un agent antisalissure pour éviter que les bernacles, les moules et autres fruits de mer ne se fixent au fond du bateau et provoquent des frictions, ce qui réduit l’efficacité énergétique. Bien que la réglementation concernant le contenu des agents antisalissures ait été considérablement renforcée au cours des années, les nouveaux agents sont également nocifs. Non seulement ils tuent les organismes vivants sur le bateau, mais ils s’infiltrent également dans l’écosystème, causant des dommages à la faune.

La navigation de plaisance peut également avoir un impact important sur la qualité de l’eau. Les voies navigables qui ont beaucoup de trafic de bateaux ont des niveaux plus élevés de croissance de sédiments et d’algues à cause de l’agitation constante de l’eau. Ces niveaux supérieurs limitent la quantité de lumière solaire et d’oxygène dans l’eau, ce qui inhibe la croissance d’organismes sains et modifie les habitats fauniques.

Impacts sur la faune

La navigation de plaisance peut avoir d’autres effets graves sur la vie sauvage au-delà de la perturbation des habitats. Les produits chimiques dans l’eau des bateaux peuvent sérieusement nuire ou tuer des espèces fragiles. Certains animaux ont même vu leur nombre diminuer de manière significative à cause des bateaux. Les lamantins, par exemple, ont vu leur nombre chuter à cause des plaisanciers qui ont pris les eaux peu profondes où ils habitent. Beaucoup de lamantins meurent à cause des hélices, bien que les règlements exigent de prendre des précautions.

Les plaisanciers sont également connus pour changer les comportements de la faune sauvage. Dans les zones où la navigation de plaisance est commune et que les humains interagissent avec la faune (comme les récifs coralliens, les individus nourrissent les animaux pour les rapprocher) beaucoup de poissons ont changé leur comportement, devenant souvent plus agressifs. Dans certaines zones à fort trafic, les espèces indigènes de la faune ont presque disparu.

La navigation de plaisance est incontestablement agréable, mais il est également important de tenir compte des impacts de cette activité à long terme. Les changements apportés à la qualité de l’eau peuvent affecter notre capacité d’accès à l’eau potable et les risques pour la faune sauvage ne peuvent pas être surestimés. Préférez donc des activités moins nuisibles pour l’environnement, aidez-nous à le préserver.

Sources : /advantage-environment.com /  cmst.curtin.edu.au / www.boatangel.org/ archimer.ifremer.fr/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*