Un expert des Nations-Unies dénonce que les pesticides qui doivent servir à nourrir le monde sont un « mythe »

Nourrir le monde : Le marché mondial des pesticides vaut 50 milliards de dollars et les entreprises font de gros efforts pour résister aux réformes et aux réglementations. Photographie: Philippe Huguen / AFP / Getty Images

Un expert des Nations-Unies dénonce que les pesticides qui doivent servir à nourrir le monde sont un « mythe »

L’idée selon laquelle les pesticides sont essentiels pour nourrir une population mondiale en croissance rapide est un mythe, selon les experts de l’ONU.

Un nouveau rapport , présenté au Conseil des droits de l’ homme des Nations Unies mercredi dernier, critique sévèrement les multinationales qui fabriquent des pesticides, les accusant de «déni systématique des méfaits », et « de tactiques de marketing contraires à l’ éthique agressives».

Le rapport indique que les pesticides ont des «conséquences catastrophiques sur l’environnement, la santé humaine et la société dans son ensemble», y compris environ 200.000 décès par an par intoxication aiguë. Ses auteurs ont dit:

« Il est temps de créer un processus global de transition vers une alimentation et une production agricole plus sûres et plus saines. »

La population mondiale devrait passer de 7 milliards aujourd’hui à 9 milliards d’ici 2050. L’industrie des pesticides fait valoir que ses produits, un marché d’une valeur d’environ 50 milliards de dollars par an et la croissance, sont essentiels pour la protection des cultures et assurer un approvisionnement alimentaire suffisant .

« C’est un mythe», a déclaré Hilal Elver, rapporteur spécial de l’ONU sur le droit à l’ alimentation. « Utiliser plus de pesticides n’a rien à voir avec l’éradication de la faim. Selon l’organisation pour l’alimentation et l’agriculture de l’ONU (FAO), nous pouvons nourrir 9 milliards de personnes aujourd’hui. La production est en nette augmentation, mais le problème c’est la pauvreté, l’ inégalité et la distribution. »

Elver a dit que de nombreux pesticides étaient utilisés sur les cultures comme l’huile de palme et le soja, et non pas sur la nourriture nécessaire aux personnes souffrant de la faim dans le monde:

«Les entreprises ne traitent pas la faim dans le monde, ils traitent une activité plus agricole à grande échelle. »

nourrir le monde
Nourrir le monde

Le nouveau rapport, qui est co-écrit par Baskut Tuncak, rapporteur spécial de l’ONU sur les substances toxiques, a déclaré:

« Même si les recherches scientifiques confirment les effets néfastes des pesticides, la preuve d’un lien définitif entre l’exposition et les maladies humaines ou l’endommagement des écosystèmes présente un défi considérable. Ce défi a été exacerbé par un déni systématique, alimenté par les pesticides et l’agro-industrie, de l’ampleur des dommages infligés par ces produits chimiques, et les tactiques de marketing agressives contraires à l’éthique. »

Elver, qui a visité les Philippines, le Paraguay, le Maroc et la Pologne dans le cadre de la rédaction du rapport, a déclaré

« les entreprises ont beaucoup de pouvoir sur les gouvernements et la communauté scientifique. Si vous voulez faire face aux pesticides, vous devez faire face aux entreprises – c’est pourquoi [nous utilisons] ces mots durs. Évidemment, ils diront que ce n’est pas vrai, mais il y a également le témoignage des gens. »

Elle a déclaré que certains pays développés ne disposaient pas d’une réglementation «très stricte» pour les pesticides, comme l’Union européenne, dont les règles sont basées sur le «principe de précaution». L’ UE a interdit l’utilisation des pesticides néonicotinoïdes , qui nuisent aux abeilles, sur les cultures en  fleurs en 2013, une décision fortement opposée par l’industrie. Mais elle a noté que d’ autres, comme les États – Unis, n’utilisaient pas le principe de précaution.

Elver a également dit que tandis que les consommateurs dans les pays développés sont généralement mieux protégés contre les pesticides, les travailleurs des exploitations agricoles ne le sont souvent pas.

«Le secteur de la phytologie est tout à fait d’accord avec les rapporteurs spéciaux des Nations Unies que le droit à l’alimentation doit s’étendre à tous les citoyens du monde, et que tous les citoyens ont droit à l’alimentation qui a été produite de manière à être sans danger pour la santé humaine et l’environnement », a déclaré le porte-parole. «Les pesticides jouent un rôle essentiel pour s’assurer d’avoir accès à un approvisionnement alimentaire sain, sûr, fiable et abordable. »

Le rapport a constaté que seulement 35% des pays en développement avaient une réglementation sur les pesticides et la mise en vigueur était donc problématique. Il a également trouvé des exemples de pesticides interdits d’utilisation dans un pays toujours en production pour l’ exportation.

On recommande une évolution vers un traité mondial pour régir l’utilisation des pesticides et un passage à des pratiques durables, dont les méthodes naturelles pour éliminer les parasites et la rotation des cultures, ainsi que favoriser les produits alimentaires biologiques.

Selon le rapport:

« . L’exposition chronique aux pesticides a été liée au cancer, aux maladies d’Alzheimer et de Parkinson, à la perturbation des hormones, aux troubles du développement et de la stérilité.»

«L’industrie utilise souvent le terme« abus intentionnel »pour rejeter la faute sur l’utilisateur pour les impacts évitables des pesticides dangereux », a déclaré le rapport. « Pourtant, la responsabilité de protéger les utilisateurs et les autres tout au long du cycle de vie des pesticides et tout au long de la chaîne de vente au détail incombe clairement au fabricant de pesticides. »

Sources nourrir le monde : documents-dds-ny.un.org/doc/UNDOC/GEN/G17/017/85/PDF/G1701785.pdf?OpenElement / www.cropprotection.org.uk /  www.theguardian.com / www.nytimes.com/2016/12/20/business/paraquat-weed-killer-pesticide.html?

Un commentaire à propos de “Un expert des Nations-Unies dénonce que les pesticides qui doivent servir à nourrir le monde sont un « mythe »

  1. Bonjour,
    Une petite histoire ….pour faire réfléchir. ..en 1973 ma Maman ancienne agricultrice faisait du nettoyage ds son jardin et aux abords il y avait des orties . …pour s’en débarrasser elle décida de le faire au désherbant. …elle nous demanda de ne pas jouer aux abords .. nous avions une chèvre que nous adorions et qui servait aussi à l’entretien du terrain. …ce jour là elle s’est sauvé. ….et a mangé les orties traitées ….nous nous étions aperçus de sa fuite dans le quart d’heure suivant. ..et pourtant …le lendemain elle étaient morte dans son enclos ….c’était il y a bien longtemps mais aujourd’hui. ..je me remémore et ma mémoire me dit  » on ne savait pas que c’était déjà une des première victime de Monsento .. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*