Comment nous gâchons notre vie (sans même le remarquer)

notre vie

Image crédit : source

Comment nous gâchons notre vie (sans même le remarquer)

La vie n’est pas comme une ligne droite. 

Ce n’est pas non plus un ensemble d’emplois du temps ni de schémas obligatoires. Il n’y a pas de mal à ne pas avoir fini ses études à tel âge, ou à ne pas être en couple ou marié, ou à ne pas avoir un travail stable, ou à ne pas avoir encore créé sa propre famille, etc.

Si à 25-30 ans vous n’êtes  pas marié, si vous n’êtes pas président d’une société à 30 ans, ou si vous n’avez pas encore trouvé le bonheur à un certain âge, peu importe, personne ne va vous juger (et si quelqu’un le fait, pas de souci, car c’est votre vie à vous, et non pas celle de quelqu’un d’autre).

Vous pouvez reculer à n’importe quel moment, vous pouvez vous arrêter et trouver ce qui vous inspire ; vous avez le droit de prendre votre temps. Et pourtant, la plupart d’entre nous ne le savent pas.

Depuis l’école, nous commençons à planifier notre vie, et selon ce que nous avons prévu, nous nous inscrivons au lycée.

Étudiants, nous pensons à choisir un travail, et même si nous n’aimons pas trop notre projet de vie, nous poursuivons notre route, car nous lui avons déjà consacré beaucoup de temps.

Chaque matin, nous allons au bureau, car nous devons nous en tenir à la décision que nous avons prise il y a quelques années. Nous vivons notre vie ainsi, à force de petits pas, croyant que nous sommes en train de cocher la liste de tâches de notre existence.

Cependant un beau jour, nous nous réveillons, submergés dans la plus profonde des dépressions, nous sentons une pression énorme qui ne nous laisse pas vivre, mais nous n’en connaissons pas la raison. C’est comme cela que nous détruisons notre vie.

Nous détruisons également nos vies en choisissant la mauvaise personne.

Pourquoi avons-nous tant besoin d’accélérer nos relations avec les autres ?

Pourquoi sommes-nous obsédés par l’idée d’être avec quelqu’un et non celle d’être quelqu’un ?

Vous pouvez me croire, cet « amour » qui surgit à notre convenance, celui qui fleurit avec le besoin de dormir avec quelqu’un, qui est là uniquement pour satisfaire notre besoin d’attention et non pour répondre à de véritables sentiments, cet amour-là ne vous fera jamais vous réveiller à cinq heures du matin avec l’irrépressible envie d’embrasser cette personne qui est à vos côtés. Essayez donc de découvrir l’amour qui vous transforme en une meilleure personne, et ne vous aveugle pas avec l’idée de ne pas vouloir dormir tout seul. Prenez votre temps pour vivre avec vous-même, mangez seul, vous verrez qu’au bout d’un certain temps vous aurez découvert de toutes nouvelles choses très intéressantes sur vous-même, dont vous ne vous doutiez même pas un seul instant.

Vous aurez grandi en tant que personne et vous aurez trouvé ce qui vous inspire ; vous pourrez contrôler vos rêves et vos croyances. Lorsque vous rencontrerez enfin la personne qui remuera chacune de vos cellules, vous vous sentirez sûr de lui, ou d’elle, car vous aurez alors beaucoup gagné en assurance. Attendez. Je vous demande de bien vouloir attendre cet amour, de lutter pour lui, car le véritable amour est l’une des choses les plus merveilleuses que votre cœur et votre âme puissent ressentir.

Nous gâchons notre vie en laissant le passé nous contrôler. 

De très nombreuses choses ont et auront lieu dans nos vies, c’est bien là une des ses principales caractéristiques : des déceptions, des frustrations, des jours où vous vous sentez bon à rien, d’autres où vous dites des mauvaises paroles et où vous avez l’impression que personne ne les oubliera jamais… Cependant, nous ne devons surtout pas permettre à ces jours-là de nous contrôler, car ils ne sont qu’éphémères, comme tout ici en ce bas monde.

Si vous permettez que chaque situation désagréable définisse votre perception des choses, vous verrez le monde de façon négative et incorrecte ; si vous permettez ceci, vous courrez le risque de stagner dans un même endroit pendant de longues années, car vous serez persuadé, au fond, que vous êtes bête ou que vous ne valez rien. Vous ne croirez plus en l’amour car votre ex vous aura quitté(e) et vous vous méfierez des femmes (ou des hommes). C’est une sorte de cercle vicieux. Si vous ne laissez pas votre passé de côté, ce qui a eu lieu à un moment donné, ou ce que quelqu’un vous a dit un jour, ou ce que vous ressentez, vous vivrez toujours en regardant le monde à travers la fenêtre sale du passé.

Nous détruisons notre vie quand nous nous comparons aux autres. 

Le nombre de followers que vous avez sur Facebook ne sera jamais représentatif de ce que vous valez en tant qu’être humain ; le nombre de zéros à droite sur votre compte bancaire n’aura pas d’effet réel sur votre compassion, votre intelligence, ou sur votre bonheur.

Une personne qui a deux fois plus de propriétés que vous n’est pas forcément plus heureuse que vous. Nous sommes tous piégés dans ce faux monde des réseaux sociaux, et bien qu’il ne nous mène pas non plus à la mort, il détruit petit à petit notre existence réelle, créant chez nous le besoin de nous sentir « important » et nous obligeant à poursuivre un illusoire idéal.

Nous gâchons notre vie en nous privant des émotions. 

Nous avons peur de trop parler, de trop ressentir, et que les autres ne profitent du fait que nous tenons à eux.

Et pourtant, il n’y a rien d’incroyable à s’intéresser à une personne. Certes, le fait d’exprimer vos émotions envers quelqu’un peut vous rendre un peu plus « vulnérable », mais il n’y a pas de mal à se sentir ainsi.

Bien au contraire, quelque part c’est magique de mettre à nu votre esprit et de vous livrer à ceux que vous aimez. Dites à votre moitié qu’il ou elle vous inspire, dites à votre mère que vous l’aimez, peu importe si vos amis sont présents, gardez votre esprit vivant, ne devenez pas une pierre. Soyez courageux et exprimez-vous.

Nous détruisons notre vie quand nous nous contentons de la supporter. 

Quand on accepte moins que ce que l’on souhaitait au début, on détruit les possibilités de notre esprit et on se trahit soi-même.

Qui dit que le prochain Léonard de Vinci n’est pas assis devant cet écran, en train de lire ceci et d’organiser les documents de son chef car il doit payer ses factures, ou parce qu’il pense que c’est en travaillant que ses rêves deviendront réalité ?

Ne détruisez pas votre vie ainsi. La vie, le travail et l’amour sont inévitablement reliés entre eux. Nous devons lutter pour avoir le travail que nous souhaitons et pour avoir l’amour auquel nous aspirons : c’est la seule manière de comprendre la diversité et le bonheur de l’existence.

Source : Auteure Bianca Sparacino et thoughtcatalog.com

Un commentaire à propos de “Comment nous gâchons notre vie (sans même le remarquer)

  1. Merci Bianca. Tu as su fait sortir l’essentiel clairement et simplement. ton article m’a beaucoup touchée car il est comme un rappel à l’existence. Je ne me suis jamais sentie aussi bien. Alors encore merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*