Des médecins canadiens ont réussi à inverser les effets de la SP chez une patiente à l’aide de cellules souches

cellules-souches-4

Des médecins canadiens ont réussi à inverser les effets de la SP (sclérose en plaques) chez une patiente à l’aide de cellules souches

Des médecins canadiens ont réussi à inverser une SP sévère en utilisant des cellules souches, l’éliminant virtuellement du corps d’une patiente. Jennifer Molson avait une SP paralysante avant sa participation à une étude qui comprenait la chimiothérapie et une greffe de cellules  de moelle osseuse en 2002. Molson faisait partie d’un petit groupe de 24 personnes ayant reçu le traitement expérimental à risque élevé.

Dirigé par le Dr Mark Freedman et Harold Atkins à l’Hôpital d’Ottawa, l’essai clinique a duré plus de 13 ans.
Parmi les patients, 70 pour cent ont vu la progression de leur maladie arrêtée ou inversée, leurs symptômes ont commencé à diminuer. Alors que Molson pouvait à peine marcher ou se nourrir avant l’expérience, désormais elle conduit, fait du kayak, de la course à pied et du ski, et n’a présenté aucun symptôme de la maladie depuis 14 ans.

Elle a été saluée comme remarquable par les professionnels de l’industrie, car l’essai semble «guérir» les gens de leurs symptômes.

L’expérience du groupe a été documentée dans un article publié dans The Lancet. C’est le premier à décrire n’importe quel traitement pour la SP qui arrête complètement la maladie sur le long terme sans médicaments pour la SP. »C’est le premier traitement à produire ce niveau de contrôle de la maladie ou la récupération neurologique » de SP, a déclaré The Lancet dans un communiqué de presse.

cellules-souches-2

La sclérose en plaques affecte 20 millions de personnes dans le monde, mais a tendance à cibler les femmes dans les climats plus tempérés, comme le Canada et le nord des États-Unis.

La maladie se caractérise par un système immunitaire qui excite son hôte et attaque la couche protectrice autour des fibres nerveuses dans le cerveau et la moelle épinière. Ces attaques peuvent gravement endommager et détruire les nerfs et le revêtement protecteur, affectant la communication entre le cerveau et le corps et provoquant des symptômes comme l’engourdissement, la perte d’équilibre, les difficultés à marcher, une perte de contrôle de l’intestin et de la vessie, et même la cécité.

Au fil du temps, les patients perdent le contrôle de leur corps et finissent souvent en fauteuil roulant.

Tous les types de SP n’affectent pas de la même façon. Le moins pire ce sont les poussées, car les symptômes vont et viennent et peuvent être suivis par de longues périodes de rémission. Pour la plupart des gens, cependant, cette version de la maladie progresse habituellement dans la SP progressive secondaire au fil du temps, de sorte que les symptômes commencent à rester. La forme la plus agressive de la maladie est la SP progressive primaire.Dans ce cas, les patients ne subissent pas d’épisodes de rémission, mais plutôt une dégradation continue de leur état de santé et une aggravation de leurs symptômes.

Au moment de son traitement, Molson avait la SP progressive secondaire. Avant les essais de cellules souches, rien n’avait fonctionné pour améliorer ses symptômes.

Le traitement est essentiellement une vaste combinaison de chimiothérapie et de transplantation de cellules qui sont conçues pour redémarrer le système immunitaire. Les médecins prélèvent des cellules souches de moelle osseuse de leurs patients, puis purifient et congèlent les cellules. Les patients sont ensuite soumis à une chimiothérapie extensive avant de remettre les cellules conservées aux patients.

cellules-souches

L’idée est de nettoyer et de redémarrer le système immunitaire pour qu’il n’ait pas la mémoire d’attaquer le système nerveux central.
Selon The Lancet , cet essai a totalement interrompu les rechutes cliniques chez l’ ensemble des patients et a arrêté le développement de toutes nouvelles lésions cérébrales sans aucun médicament. D’ autres greffes de cellules souches ont abouti à des résultats positifs à court terme chez les patients atteints de sclérose en plaques, mais les symptômes sont toujours revenus.

Ce qui rend l’essai Ottawa différent, c’est que contrairement aux essais précédents qui visaient à supprimer le système immunitaire, il le nettoie complètement.
Bien que prometteur, le traitement est considéré comme ayant un risque extrêmement élevé, ce qui limite son utilisation généralisée. Il y a des taux élevés de mortalité associés à l’essai; un patient dans l’essai clinique est mort d’une insuffisance hépatique. Il convient également de souligner que 30 pour cent des patients ont vu leurs symptômes empirer, probablement parce que leur SP avait déjà trop évolué.

cellules-souches-3

Seulement cinq pour cent des patients atteints de Sclérose en plaques sont admissibles à ce type de traitement. Mais pour ceux qui le sont, c’est un «traitement miracle» et The Lancet encourage davantage d’ essais cliniques.

Source :  notable.ca/canadian-doctors-have-successfully-reversed-the-effects-of-ms-in-a-patient-using-stem-cells/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*