Ce miel australien serait efficace contre les super-bactéries

miel australien
Ce miel australien serait efficace contre les super-bactéries

Le 9 Août 2017 Image crédit : pixabay.com

Ce miel australien serait efficace contre les super-bactéries

L’année dernière, l’Assemblée générale des Nations Unies a officiellement classé la résistance aux antibiotiques comme une crise de santé mondiale. L’évolution rapide des microbes résistants aux antibiotiques est maintenant sur le même niveau de menace que les problèmes de santé comme la propagation du VIH. Sous cette surveillance accrue, nous avons assisté à une résurgence de l’intérêt pour une option incroyable, la lutte du tout-naturel contre les germes.

Une variété distincte de miel de Manuka en Nouvelle-Zélande a présenté des propriétés antibactériennes auxquelles les bactéries ne deviennent pas résistantes. Ce type de miel est fabriqué à partir du nectar du Manuka en floraison (Leptospermum), et il est efficace contre les super-bactéries, comme le staphylocoque doré, qui sont déjà résistantes aux antibiotiques disponibles. « Le miel, non seulement tue les bactéries au contact, mais nous avons aussi montré précédemment que les bactéries ne deviennent pas résistantes au miel », explique le professeur Liz Harry de l’université technologique de Sydney.

La composition du miel de manuka est unique

« Ce qui le rend si spécial, c’est l’UMF, ou Unique Manuka Factor, explique Carole Minker, docteur en pharmacie et pharmacognosie. Ce chiffre, indiqué sur l’étiquette, représente son pouvoir antibactérien. Plus il est élevé, plus le miel est réputé actif. »

C’est le chercheur néo-zélandais Peter Molan qui a mis en évidence la présence de cette substance originale, mais il a fallu attendre 2008 pour apprendre que la molécule qui se cachait derrière l’UMF était le méthylglyoxal.

« Tous les miels contiennent cette substance antibactérienne, explique le Dr Becker, président de l’Association francophone d’apithérapie. La particularité du miel de manuka est d’en contenir beaucoup plus grâce à son origine botanique. »

Tandis que l’activité de miel médicinale se concentrait typiquement sur la variété du miel de Manuka de la Nouvelle-Zélande, Harry et ses collègues ont montré dans une étude publiée récemment dans le journal PLoS que le miel de Manuka australien contient le même produit chimique qui aboutit à ces propriétés antibactériennes : le methylglyoxal (MGO). Leur recherche révèle aussi que même après des années de stockage, ces propriétés demeures efficaces. Selon l’auteur principal de l’étude, Dr. Nural Cokcetin, du ithree institut à UTS : «Ces résultats ont mis le miel australien de Manuka sur le radar international à une époque où la résistance aux antibiotiques est reconnue comme une crise globale. »

miel-manuka-australie

Image credit : Vanessa Valenzuela Davie

Une nouvelle ligne de défense

La production australienne de miel est prête à obtenir un coup de pouce majeur avec ces résultats. L’étendue de la production de miel en Nouvelle-Zélande est limitée par une variété de facteurs, y compris l’impact destructeur des acariens parasites sur les populations d’abeilles dans le monde. Le parasite n’a pas encore fait son chemin dans les populations d’abeilles australiennes.

En outre, la Nouvelle-Zélande n’a qu’une seule espèce du genre, le leptospermum, alors que l’Australie abrite presque toutes les espèces connues. Selon Harry : «Le fait que les variétés de Manuka en Australie sont toutes aussi actives que celles de Nouvelle-Zélande et ont essentiellement le même profil chimique, cela ajoutera une valeur significative au miel australien pour les apiculteurs et fournira une abondance de miel médicinal. »

Ces nouvelles sont les bienvenues pendant une période dans l’histoire de notre planète qui semble particulièrement grave pour les populations d’abeilles. Le changement climatique, l’utilisation de pesticides et les parasites modifient radicalement les populations d’abeilles à travers le monde. Dans un sondage national sur les colonies d’abeilles aux États-Unis, l’acarien Varroa destructor était «le facteur de stress numéro un» pour les fermes d’abeilles dans le pays.

La découverte du miel comme un outil utile dans la lutte contre la prolifération des super-bactéries entretient étroitement la résistance aux antibiotiques avec le changement climatique ; le déclin continu des populations d’abeilles en raison du changement climatique pourrait nous faire perdre une puissante arme naturelle dans la lutte contre les super-bactéries actuelles et futures.

Source : Futurismx et anguillesousroche.com References: Phys, Sci-News, Public Library of Science, USDA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*