Une pulvérisation de particules toxiques dans le ciel pour une expérience de géo-ingénierie

Une pulvérisation de particules toxiques dans le ciel pour une expérience de géo-ingénierie

pulvérisation de particules
Une pulvérisation de particules toxiques dans le ciel pour une expérience de géo-ingénierie

Image crédit :  Collective-Evolution

Une pulvérisation de particules toxiques dans le ciel pour une expérience de géo-ingénierie

Si vous êtes préoccupé par notre environnement, la géo-ingénierie est un phénomène que vous devez connaître. La triste réalité est que la plupart n’ont aucune idée de ce qui est en train de se passer, c’est pourquoi il est crucial de créer plus de sensibilisation sur un sujet sur lequel le public a été maintenu complètement dans l’obscurité.

Qu’est-ce que la géo-ingénierie ? C’est l’intervention délibérée et à grande échelle dans le système climatique de la Terre. C’est réalisé par divers moyens, dont l’un est la pulvérisation de produits chimiques dans l’atmosphère par l’intermédiaire d’avions ou de ballons.

Pendant des années, le changement climatique et d’autres problèmes environnementaux ont été étiquetés comme une question de «sécurité nationale», une expression qui est maintenant utilisée pour garder l’information hors de portée du public. La CIA et d’autres organismes fédéraux contrôlent ces programmes, ce qui signifie que s’ils sont déjà en train de pulvériser des substances dans l’atmosphère, nous n’en entendrons jamais parler.

Cela étant dit, il y a beaucoup d’informations qui suggèrent que ces programmes ont été mis en place ou ont été discutés au moins depuis très longtemps. Par exemple, un rapport de 1996 mené par des militaires de haut rang aux États-Unis, intitulé “Weather as a Force Multiplier; Owning the Weather in 2025”, révèle l’urgence supposée de mettre en œuvre ces programmes.

Un document du gouvernement des Etats-Unis imprimé à la demande du Comité sénatorial des États-Unis sur le commerce, la science et les transports en novembre 1978 déclare :

En plus des programmes de recherche spécifiques parrainés par les agences fédérales, il existe d’autres fonctions liées à la modification des conditions météorologiques qui sont effectuées à plusieurs endroits dans la branche exécutive. Divers comités et comités consultatifs fédéraux (établis pour mener des études approfondies et préparer des rapports complets, pour donner des conseils ou des recommandations, ou pour coordonner les programmes fédéraux de modification des conditions météorologiques) ont été hébergés et soutenus par les ministères, les agences ou les Bureaux.

De plus, l’ancien directeur de la CIA, John O. Brennan, a récemment discuté publiquement du sujet et annoncé son soutien à ces programmes tout en parlant au Conseil des relations extérieures. (Source)

La communauté internationale a également exprimé sa préoccupation. Par exemple, la Princesse Basmah bint Saud al Saud a baptisé la géo-ingénierie comme une «arme de destruction massive». Elle l’a fait à la Conférence de sécurité d’Istanbul le 5 décembre 2015, où elle a prononcé un discours d’ouverture sur « la Justice Mondiale et l’Éthique dans l’Ordre Mondial Changeant ».

Plus récemment, le Massachusetts Institute of Technology (MIT) a publié une revue indiquant que les scientifiques de Harvard sont en train d’aller de l’avant avec des projets pour des expériences de géo-ingénierie atmosphérique. Les chercheurs ont l’intention de lancer un ballon à haute altitude qui pulvérisera une petite quantité de particules réfléchissantes dans l’atmosphère dans un objectif proposé pour combattre le réchauffement planétaire.

Selon l’examen du MIT : «Elles seraient les premières expériences officielles liées à la géo-ingénierie menées à l’extérieur d’un laboratoire contrôlé ou d’un modèle informatique, augmentant le sentiment d’urgence parmi les scientifiques de commencer sérieusement à étudier la possibilité que la menace du changement climatique est bien réelle et progresse. »

Cette affirmation est fausse. C’est peut-être l’une des premières fois qu’une expérience comme celle-ci est devenue publique, mais ce n’est pas la première du genre. La seule autre fois où ce type d’activité a été rendue publique a été en Chine en 2008, où ils ont utilisé la manipulation du temps via la géo-ingénierie pour créer le temps idéal pour les Jeux olympiques. Pour moi, cela semble être une grosse irresponsabilité de la technologie. (Source)

Une pulvérisation de particules toxiques dans le ciel pour une expérience de géo-ingénierie

Image crédit :  Collective-Evolution

Que vont-ils vaporiser ?

En utilisant un ballon à haute altitude attaché à une gondole avec des capteurs et des hélices, ils vont pulvériser du dioxyde de soufre, de l’alumine et du carbonate de calcium dans la stratosphère. Les capteurs sont là pour enregistrer des données et mesurer la capacité des particules à refléter la lumière du soleil loin de notre planète.

Ces choix ne sont pas surprenants. Si l’on regarde SPICE, par exemple, un projet de recherche sur la géo-ingénierie financé par le gouvernement du Royaume-Uni, qui collabore avec les universités d’Oxford, de Cambridge, d’Édimbourg et de Bristol, propose de pulvériser dans l’air les particules suivantes : Sulphate / Sulfuric Acid / Sulphur Dioxyde, titane, carbure de silicium, carbonate de calcium, alumine, silice et oxyde de zinc.

L’objectif de ces programmes est en effet de bloquer la lumière du soleil pour l’empêcher d’atteindre la surface de la Terre.

Les scientifiques soulèvent des préoccupations

De nombreux scientifiques soulèvent des inquiétudes au sujet de la géo-ingénierie. L’un d’entre eux est le docteur Marvin Herndon, chimiste nucléaire, géochimiste et cosmochimiste, le plus connu pour déduire la composition du noyau interne de la Terre (c’est le siliciure de nickel plutôt que le nickel-métal de fer partiellement cristallisé). Il a publié un article dans la revue scientifique Current Science (Académie indienne des sciences) intitulée «L’intoxication par l’aluminium de l’humanité et le biote de la Terre par l’activité de géo-ingénierie clandestine : Implications pour l’Inde» qui démontre la dangerosité de la géo-ingénierie pour la santé humaine et l’environnement.

Dans son article, il fait état de l’activité clandestine de géo-ingénierie qui existe depuis au moins 15 ans. Il affirme que cette géo-ingénierie par l’intermédiaire d’un avion-citerne est responsable du déversement de substances toxiques dans l’atmosphère terrestre. Il émet l’hypothèse que l’augmentation des maladies neurologiques et la destruction croissante du biote de la Terre peuvent être liées, entre autres, à l’activité de géo-ingénierie. (Source) (source)

Le document cite de nombreuses publications qui ont identifié des métaux lourds comme l’aluminium, le baryum et le strontium dans l’eau de pluie.

Un autre exemple vient de Dr. Rose Cairns, Ph.D., qui travaille à l’université de Leeds School of Earth and Environment. Elle a publié un article dans la revue Geophysical Journal intitulée « Climates of suspicion : ‘chemtrail’ conspiracy narratives and the international politics of geoengineering ».

Dans son article, elle discute des développements dans le discours universitaire et politique dominant qui concernent la géo-ingénierie, et comment la modification climatique, qui est également discutée par les citoyens du monde (qui utilisent le terme «chemtrails») a des effets dévastateurs sur le plan écologique et sanitaire. Selon son article, il est essentiel que nous comprenions la «politique émergente de la géo-ingénierie» et de prendre au sérieux les revendications concernant l’importance de la participation du public.

Elle souligne que cette question exige «une compréhension de tout le paysage discursif autour des idées de contrôle du climat mondial, y compris des idées marginales telles que celles tenues par les activistes de chemtrail». En outre, elle exprime très clairement que ces idées ne doivent pas être ignorées ou rejetées « comme pathologique ou paranoïde » et que le terme « chemtrails » et la perception du public à leur sujet peuvent révéler des aperçus sur la politique émergente de la géo-ingénierie. (Source)

La politique du changement climatique

Voici un excellent extrait d’une conférence donnée par Richard Lindzen, l’un des plus grands experts mondiaux dans le domaine et auteur principal des «Processus climatiques physiques et réactions», chapitre 7 du troisième rapport d’évaluation du Groupe d’experts intergouvernemental sur le changement climatique. Il sait que toutes les sciences du climat que nous recevons sont les sciences de l’ONU du GIEC. Un des scientifiques sur la liste du sénateur se trouve dans cette vidéo, il parle de la politique de la science du climat et de la manipulation des données ; quelque chose qui afflige tous les domaines de la science d’aujourd’hui.


Vous pouvez afficher les sous-titres choisir en français. Appuyez sur lecture puis allez dans options sous-titres « oui » , puis traduire automatiquement puis en français

Source Une pulvérisation de particules toxiques dans le ciel pour une expérience de géo-ingénierie : Collective-Evolution traduction : www.anguillesousroche.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*