Le SAUNA : soigner le corps et l’esprit au naturel

Sauna
Sauna estonien dit « à la fumée », sans cheminée. La fumée est évacuée avant l’arrivée des participants. Crédit : VàR.

Toute reproduction et diffusion de ces 3 photos est strictement interdite.

Le SAUNA : soigner le corps et l’esprit au naturel

Dans les pays Nordiques, particulièrement en Estonie et en Finlande, « faire » un sauna est une activité banale du quotidien. Voici quelques explications sur la véritable fonction du sauna et les rituels de soin traditionnels qui lui sont associés, excellents pour la santé.

Une salle de bain traditionnelle

Sans doute avez-vous déjà eu l’occasion de vous détendre dans un sauna, de profiter de sa chaleur bienfaisante ? Dans les pays Nordiques, cette pratique est autrement différente. Bien sûr, le sauna a des vertus relaxantes, mais il s’agit, au-delà de ses effets, ni plus ni moins… d’une salle de bain !

Beaucoup de particuliers disposent encore aujourd’hui de leur propre sauna, une jolie maisonnette en rondins de bois, généralement située au bord de l’étang. Il comprend deux pièces : une salle « froide », destinée au repos, et une salle « chaude », chauffée au bois, réservées aux soins. Cette dernière est équipée d’un foyer ou d’un poêle à bois, dans lesquels on brûle des essences aux propriétés adéquates : l’aulne, qui dégage des fumées saines, ou le pommier, qui permet d’éliminer les trop-pleins de suie. Le sauna est un espace régulièrement utilisé, a minima une fois par semaine, en famille ou entre amis ; par exemple en Estonie le samedi, considéré comme le jour du sauna. 

À l’intérieur du sauna estonien : l’estrade et un martinet. Le « viht », en estonien. Crédit : VàR.

Comment se déroule une séance de sauna ?

Vous connaissez le principe : jeter de l’eau sur des pierres brûlantes afin de générer de la vapeur. Dans un sauna traditionnel, la première étape, la préparation, est la plus longue. Elle nécessite souvent la participation de plusieurs personnes : allumer et entretenir un feu jusqu’à atteindre une température comprise entre 65 et 70 degrés (90 à 100 degrés en Finlande), acheminer et chauffer de l’eau (le sauna n’est pas systématiquement raccordé à l’eau courante), préparer les « martinets », ces indispensables bouquets de jeunes pousses de bouleau (nous y reviendrons). Lorsque le sauna est prêt, le rituel peut commencer.

Déshabillez-vous entièrement, passez en salle d’étuve, installez-vous sur l’estrade. Celle-ci se trouve juste en face des pierres chaudes, donnant à tous les participants le loisir de profiter. L’un d’entre vous sera chargé de lancer l’eau sur les pierres, ni trop ni pas assez, pour créer une vapeur saine et respirable. Détendez-vous, laissez-vous envelopper de chaleur, transpirez à volonté. Votre corps va lentement monter en température.

Un sauna peut durer plus de trois heures, en alternant obligatoirement étapes de sudations et étapes de repos au frais, dans la salle froide ou à l’extérieur. Rester indéfiniment devant le poêle est en effet dangereux pour la santé. En Estonie, comptez trois tours de chauffe : quelques minutes pour commencer, puis plus longuement jusqu’à ce que votre corps soit chauffé profondément, littéralement jusqu’aux os. En été, pendant les étapes de repos, plongez dans l’étang pour vous rafraîchir ; en hiver, chauffé « à point », roulez-vous dans la neige. Un excellent moyen d’activer votre circulation sanguine !

À l’intérieur du sauna, la salle froide, destinée au repos. Crédit : VàR.

Des rituels de soin ou de bien-être

Les vapeurs provoquent de fortes transpirations, permettant à votre corps de « s’auto-nettoyer ». C’est la grande propriété du sauna : provoquer l’évacuation naturelles des toxines accumulées tout en purifiant la peau. Nombre d’accessoires existent pour parfaire l’action du sauna, tels que des brosses ou des gants de crin pour s’auto-masser, se gommer le corps ou se faire frotter le dos.

Imaginez le résultat après trois heures de sauna : vous en sortez comme neuf, doux comme un bébé. Vous aurez changé de peau, aux sens propres et figurés. Car le sauna dispense aussi ses bienfaits sur l’esprit, en véritable éliminateur de mauvaises énergies. Autrefois, en Estonie, le sauna servait par ailleurs d’officine : les femmes enceintes y accouchaient ; on y recevait des soins rebouteux, destinés à traiter les affections bégnines (rhumes, entorses, etc.). Le sauna, environnement chaud et propre est donc propice à la guérison.

Rituel incontournable de la séance : le fouettage du corps à l’aide des martinets. Un assemblage de jeunes pousses de bouleau, qu’on apprend à confectionner et à manier dès l’enfance. Cette exercice, que l’on peut réaliser seul ou avec quelqu’un, est vigoureuse (mais indolore !). Ses rôles : éliminer peaux mortes et autres rugosités de l’épiderme ; tonifier le corps après ce délassement intensif ! Une autre version existe avec l’ortie, à condition d’avoir préalablement trempé le bouquet dans l’eau chaude pour lui ôter son piquant.

Après l’effort, le réconfort : en fin de séance, on se savonne ! Les participants sont invités à se laver dans la salle chaude, les hommes et les femmes toujours séparément.

Le sauna est un lieu propice à la décontraction, au soin, voire à la méditation. Il est régi par quelques règles, nudité intégrale et calme absolu, entre autres. En Estonie, on y parle peu et à voix basse, sous peine d’irriter l’esprit du sauna, Saunavana. C’est en tous cas ce que l’on raconte aux enfants pour qu’ils restent sages ! Alors, tentés ?

Clarisse B. / Voyage à reculons Sa page www.facebook.com/voyageareculons

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*