Les gens qui ont tendance à beaucoup pleurer auraient une personnalité à part

beaucoup pleurer
Les gens qui ont tendance à beaucoup pleurer auraient une personnalité à part

Le 14 juin 2017 Image crédit : source

Les gens qui ont tendance à beaucoup pleurer auraient une personnalité à part

Les gens ressentent une grande variété d’émotions. Parfois, nous sommes extrêmement heureux, tandis que d’autres fois nous ressentons une profonde tristesse. Malheureusement, beaucoup de gens on l’impression de faire une dépression car c’est l’un des problèmes de santé les plus courants de nos jours.

Cependant, le fait de pleurer souvent ne signifie pas nécessairement que vous êtes déprimé. En fait, beaucoup pleurer a différents avantages. Voici quelques éléments que vous devriez prendre en compte chaque fois que vous êtes au bord des larmes :

Pleurer permet de soulager le stress

Laisser vos larmes couler diminue le stress et la tristesse que vous ressentez. Si vous pouvez laisser paraître vos émotions facilement, vous vous remettrez plus facilement et rapidement des sentiments de désespoir et de mélancolie.

Cela montre que vous vous ne préoccupez pas de ce que diront les autres

Montrer à tout le monde ce que vous ressentez vraiment est probablement l’une des choses les plus courageuses que vous puissiez faire. Exprimer librement votre tristesse fait de vous une meilleure personne car vous ne faites pas attention à ce que les gens disent de vous.

Pleurer montre que vous n’avez pas peur de vos sentiments

S’autoriser à pleurer montre la vulnérabilité et accepter d’être triste signifie que vous n’avez pas peur de vous sentir triste et de reconnaître que vous l’êtes.

Les gens qui ont tendance à beaucoup pleurer auraient une personnalité à part :

  1. Martin, R. B., & Labott, S. M. (1991, July). Mood following emotional crying: Effects of the situation. Journal of Research in Personality, 25(2), 218-244. doi:10.1016/0092-6566(91)90017-k
  2. Patel, V. (1993). Crying behavior and psychiatric disorder in adults: A review. Comprehensive Psychiatry, 34(3), 206-211. doi:10.1016/0010-440x(93)90049-a
  3. Acebo, C., & Thoman, E. B. (1992, March). Crying as social behavior. Infant Mental Health Journal, 13(1), 67-82. doi:10.1002/1097-0355(199221)13:13.0.CO;2-#
  4. Hart, B. M., Allen, K., Buell, J. S., Harris, F. R., & Wolf, M. M. (1964, November). Effects of social reinforcement on operant crying. Journal of Experimental Child Psychology, 1(2), 145-153. doi:10.1016/0022-0965(64)90016-5
  5. https://www.shutterstock.com/pic-403907830/stock-photo-woman-sitting-on-windowsill-looking-out-of-window-crying.html?src=8FGpXlYPblqru0DFUJEPSA-1-0
  6. https://www.shutterstock.com/pic-263722214/stock-photo-depression-women-sadness.html?src=8FGpXlYPblqru0DFUJEPSA-1-98

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*