La terrible morsure de l’araignée recluse brune aurait provoqué plusieurs cas de nécrose

araignée recluseCette araignée recluse ne serait présente qu’en Amérique. —Image crédit : pixabay.comLe 9 Août 2017

La terrible morsure de l’ araignée recluse brune aurait provoqué plusieurs cas de nécrose

En 2015 déjà  Midi Libre avait rapporté  deux cas de morsures de la recluse brune. Les patients de cette petite araignée avaient dû subir une intervention de chirurgie plastique.

Et cette fois-ci, les victimes originaires des Pyrénées-Orientales, souffrent d’une morsure infectée accompagnée de brûlures et, parfois, d’une zone nécrosée noire au centre de la plaie… 

Infection à la suite d’une morsure commune ou œuvre de la redoutée araignée recluse ? La question se pose depuis quelques semaines au sein de la clinique Saint-Pierre de Perpignan (Pyrénées-Orientales).

Au cours du mois précédant, au moins quatre victimes ont été hospitalisés pour une trace de morsure infectée, accompagnée de brûlures et, parfois, de fièvre et d’une zone nécrosée noire au centre de la plaie.

«  C’était tout violet. Et puis ça s’est infecté et j’avais un trou assez profond  »

Le cas n’est « pas grave, si c’est traité à temps », a expliqué à France Bleu Anne Ricart, médecin dans l’établissement hospitalier, qui confie cependant n’avoir « jamais vu ça avant ».

« Quand on a été mordu, si la rougeur est anormalement étendue, il faut aller consulter », recommande le spécialiste. Soyez donc prudent cet été…

Les patients victimes de ces spectaculaires et douloureuses morsures décrivent tous les mêmes symptômes. « C’était tout violet.

Et puis ça s’est infecté et j’avais un trou assez profond », décrit ainsi Laetitia, de Villelongue-de-la-Salanque (Pyrénées-Orientales), à France Bleu. « Ça brûle, ça fait vraiment très mal », rajoute quant à elle Véronique, originaire de Vinça (Pyrénées-Orientales).

Cette araignée, aussi appelée araignée violon, n’a été encore jamais vue dans notre pays

Cependant malgré ces symptômes et l’avis des médecins, certains doutent de la responsabilité de l’araignée recluse.

Des experts en arachnides ajoutent : « Moi, je demande à voir la bête. (…) Ce serait intéressant qu’un arachnologue puisse voir le coupable pour confirmer ou infirmer la thèse de départ. (…) Cette araignée n’a jamais été vue en France », tempère ainsi Samuel Danflous, arachnologue au Conservatoire d’espaces naturels de Toulouse (Haute-Garonne).

Pour ce spécialiste, les nécroses constatées pourraient « venir, par exemple, d’une piqûre d’une autre araignée et qui se serait surinfectée ».

Source : 20 Minutes avec agence

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*